3 clefs pour former à l’efficacité relationnelle au travail par les techniques d’acteur

Le travail a beaucoup changé depuis l’intégration massive de nouveaux outils informatiques qui ont contribué à une accélération du travail. Peut-on demander aux individus la même évolution, notamment dans leur relationnel au travail ? Le temps humain n’étant pas comparable au temps machine, le développement des compétences relationnelles devra intégrer 3 clefs pour espérer agir efficacement : limiter les apports théoriques, privilégier les temps de mise en situation professionnelle, guider chacun sur ses acquis et progrès possibles.

L’approche « formation par les techniques d’acteur » permet de développer efficacement les compétences relationnelles en s’appuyant sur ces 3 clefs. Utilisées par Quilotoa depuis 26 ans, elles ont démontré qu’elles concourent efficacement au développement des compétences en communication interpersonnelle. Ce constat se vérifie quels que soient la position, le statut, la fonction des personnes.
Fondées sur la pratique, accessibles à tous, elles agissent d’abord sur l’individu et ses ressources, tout en lui donnant ensuite les moyens d’user pleinement de ses nouvelles compétences. A la clef : gains de confiance en soi, impact renforcé et relations professionnelles fluidifiées.

1. Limiter les apports théoriques en les reliant à l’expérience

Ce genre de formation conduit à privilégier le « vécu ». Notre comportement en situation de communication est en lien avec nos acquis et nos ressentis. Tout apport conceptuel est d’autant plus utile qu’il éclaire le vécu et incite à mettre en place de nouvelles stratégies.

2. Privilégier les temps de mise en situation professionnelle

Les pédagogues ont, depuis longtemps, mis en valeur les actions de formations très en lien avec le « poste de travail ». Pour les compétences transversales, les situations professionnelles constituent le terrain de jeu sur lequel les stagiaires s’exercent et à partir desquelles ils obtiennent des retours qualifiés de la part du comédien – formateur.
Pour que ces temps de travail favorisent efficacement l’apprentissage, ils doivent être tirés du quotidien des stagiaires et mettre en scène la réalité des difficultés vécues.
Pour éviter les « travers » inévitables de ces situations lorsqu’elles sont jouées entre les stagiaires (dérision, dévalorisation ou accentuation des propositions), Quilotoa propose l’intervention d’un comédien, pour « jouer » un des protagonistes de la situation. Il en résulte une efficacité renforcée de cette phase d’expérimentation pour les stagiaires.

3. Guider chacun sur ses acquis et progrès possibles

Ces temps de mise en situation et d’expérimentation seront d’autant plus enseignants que les stagiaires bénéficient d’une lecture éclairée de « ce qui s’est passé » pendant. Ce premier retour met en évidence les stratégies personnelles et leurs effets. Par ailleurs, grâce à un regard bienveillant sur les personnes, le comédien – formateur renvoie à chacun ses atouts pour communiquer dans la situation et lui suggère des pistes de développement pour guider sa progression.

Jean-Marie Richier – Co-fondateur de Quilotoa – www.quilotoagroup.com