Comment transformer une croyance personnelle ?

En tant que coach, mon travail consiste à “tendre le désir de changement de la personne” le désir va être l’aiguillon qui va mettre en mouvement, générer le processus de transformation progressive, par petits pas successifs. En effet, je ne pense pas que l’on transforme une croyance en un coup de baguette magique ou en appliquant une méthode en 3 ou 5 points. Les permissions et les protections sont nécessaires pour qu’une nouvelle croyance, bénéfique fasse son lit dans notre psyché. Le coach encourage les prises de décisions, les choix qui vont dans le sens de la transformation, il offre ainsi des “permissions” positives. Par sa présence, et les rendez-vous réguliers, il permet à la personne de déposer ce qui lui fait peur et apporte protection par son écoute bienveillante et la recherche des étayages nécessaires dans l’environnement de la personne.  

Pianoter sur ces leviers permet de désamorcer le mécanisme qui déclenche la résistance à l’évolution, car la peur n’est jamais loin, tapie, prête à déclencher une levée de boucliers défensifs.

Un concept de la PNL, programmation neuro-linguistique, nommé, la marelle des croyances, permet de comprendre en finesse le processus à l’oeuvre.

Le voici : 

1/ Réalité – expérience négative

2/ Croyances « je suis nul »

3 / Pensées « c’est pas la peine d’essayer »

4/ Émotions – tristesse découragement

5/ Comportements – évitement / auto-sabotage

Cette marelle s’alimente toute seule et constamment ! Pour le coach ce concept est un guide, il permet de questionner, d’accompagner aux 5 niveaux la personne pour faire émerger la croyance négative. Dans le travail de transformation, tout nouveau comportement positif, va susciter des émotions, des pensées qui vont aider la croyance émergente à se fixer et à modifier la réalité par l’expérience positive. 

Avec Annabelle nous avons donc utilisé la visualisation positive pour tendre son désir de changement vers la cadre dirigeante qu’elle souhaite devenir… elle a pu ainsi exprimer sa vision d’elle-même dans une projection positive. Je l’ai invitée à exprimer le plus concrètement possible les réalisations qu’elle souhaite mettre en place. Nous étions l’une et l’autre à l’écoute, pendant tout ce travail, des émotions qui se manifestaient, à l’écoute de ce qu’elles racontaient de son désir de transformation et de ses peurs. Puis la formulation d’une croyance positive a émergé « je suis une femme rayonnante » dès qu’Annabelle a pu, en conscience, formuler cette nouvelle croyance, son visage s’est éclairé, détendu, un sourire timide puis lumineux est apparu…

L’être humain possède un outil incroyable, c’est le langage. Quand le langage est bien utilisé, quand nous programmons de nouvelles règles efficaces, alors nos systèmes conscient et inconscient changent, notre façon d’être change, nos émotions changent, nos comportements changent et nos résultats changent pour le meilleur !

Nous étions au tout début d’un travail qui s’est poursuivi tout le long des séances suivantes pendant un an. Stratégiquement, il s’agissait de construire les petits pas successifs, dans des réalisations concrètes, pour que celles-ci renvoient à Annabelle « je suis une femme rayonnante ».

Annabelle a pris confiance en elle, en ses compétences, elle a progressivement cessé de se juger “moins” que ses collègues, elle a relevé des défis d’organisation, de management avec aisance … Elle a accepté d’être, au lieu, de faire sans cesse, dans un étourdissement quotidien. Se poser, accepter de se regarder, s’accepter dans son rayonnement propre ont été des apprentissages qui lui ont permis de  gagner en maturité personnelle et professionnelle. 

En guise de conclusion, retenons que nos croyances nous sont essentielles pour grandir et devenir les adultes que nous sommes. Apprenons à distinguer celles qui sont moteurs.

Pour rire, regardez cette liste, et questionnez-vous, par hasard, y aurait-il quelques croyances qui pourraient être vôtres ? si oui, retroussez vos manches et observez ce qu’elles produisent dans votre vie … et si non, prenez conscience de votre langage : lorsque vous commencez une phrase par “je dois », « il faut », remettez en doute ces pensées. Est-ce vraiment vrai ? Est-ce vraiment utile ? Est-ce vraiment bon pour moi de penser cela ? Un peu d’introspection vous permettra de mettre à jour vos croyances, comme … 

– La vie est dure.

– On ne peut pas tout avoir dans la vie.

– Pour être aimé, je dois faire plaisir et donner aux autres.

– Il faut travailler fort pour y arriver.

– Je suis trop vieux ou trop vieille pour apprendre.

– Je n’ai pas le droit à l’erreur.

– Le bonheur n’est pas à portée de main.

– Je n’y arriverai jamais.

– L’argent ne pousse pas dans les arbres.

– C’est trop beau pour être vrai !

Trouvons la force d’oser ! L’évolution personnelle et professionnelle est à ce prix ! 

Florence Bertrand – Formatrice Coach chez Quilotoa

www.alegria-coaching.fr

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other